Ce que j’aurais fait de plus : Lassonde 2012

J’ai bien aimé lire le blogue d’Antoine Dupin* : La gestion de Lassonde sur les médias sociaux. C’est un blogue très intéressant, vivant et surtout, pertinent. Ce que je trouve bizarre par contre est qu’avant de lire ce blogue, je n’avais pas entendu parler de cette histoire. Faut croire que je ne vois pas tous les statuts de mes amis(es) et connaissances parce que je connais au moins une dizaine de personnes qui ne se seraient pas gênées pour partager et surtout critiquer négativement cette histoire-là. Parfois, je trouve que les gens partagent plus et facilement les histoires négatives. Enfin, c’est une toute autre histoire.

Sur la situation

Donc, en lisant le blogue de M. Dupin, je suis bien d’accord de dire que la compagnie Lassonde s’est est quand même bien sortie. Bravo pour la visite du président chez Mme Kudzman : tout simplement brillant.

Il y a effectivement une chose que j’aurais fais différemment par contre. Si je me fie à l’historique présenté par M. Dupin, le premier commentaire négatif est apparu autour de 9 h le matin. Il a fallu toute une journée pour que Lassonde réplique quelque chose : une grave erreur ! En fait, je vois ça comme une erreur d’amateur qui ne s’y connait pas trop en médias sociaux. Est-ce que l’équipe de communications se sont dit : n’avertissons pas le président tout de suite. Attendons voir ce qui se passe. Enfin, je crois que Lassonde le sait maintenant : même si nous sommes en congé de Pâques, il faut avoir une veille des médias sociaux en place. Le monde des médias sociaux est une grande ruche autour de laquelle tourne de nombreuses abeilles (les internautes) prêtes à sauter sur n’importe quelle histoire négative, de la partager et encore plus d’exprimer leur point de vue à qui veut l’entendre, au plus grand auditoire possible.

Et après?

Après, j’aurais fait ce que toute compagnie devrait faire, logiquement : réparer les pots cassés. J’aurais fait produire de nombreux outils promotionnels aux couleurs de la compagnie, en mettant l’emphase sur le fait que c’est une compagnie canadienne, afin de faire comprendre aux gens que la compagnie ne va pas nulle part, malgré tout ce qui tourne de négatif autour de cette histoire. Aussi, j’aurais augmenté mon budget de commandites, participer à un très grand nombre de festival (kiosque compris), publié un rapport social dans les journaux, faisant état des dons qu’à remis l’entreprise (si je me souviens bien, Lassonde a déjà été commanditaire de certains clubs de soccer au Québec), et surtout, je ferais sortir mon président plus souvent ou, dans le cas de la photo affiché sur Facebook, le chef de l’exploitation, Jean Gattuso. Les gens le connaissent plus maintenant, alors il devrait en profiter pour aller au devant de, comme disait mon père, au lieu de rester derrière son bureau.

Aussi, j’en aurais profité pour refaire mon site Internet : il est platte, sans vie, non intéressant et ne reflète pas vraiment le vrai standing d’une compagnie comme Lassonde (allez voir, ça vaut la peine : http://www.lassonde.com).

Je vous invite également à faire une recherche Google avec le mot-clé Lassonde… Cette saga ne se retrouve pas dans les premiers choix d’articles ou de site Web. Une réussite de la compagnie, qui a bien écarté la crise!

Finalement, j’ai été très impressionnée de voir que la compagnie Lassonde avait engagée Michelle Blanc, consultante, conférencière et auteure (spécialisée en réflexions, veille, stratégies de destion et marketing Internet – ouf, quel titre ! –), après leur première mauvaise expérience sur les médias sociaux.

D’ailleurs, dans son blogue du 10 avril 2012**, Mme Blanc ne se gène pas pour le dire qu’elle a été engagé par Lassonde. Elle fait d’ailleurs une bonne blague : Je « suis fière des débuts de mon client, M. Gattuso, sur son blogue et sur Twitter (malgré le fait qu’il soit complètement dans le jus (…) ». Lassonde, dans le jus, get it? 🙂

Je vous quitte en vous laissant sur un commentaire très intéressant de François S., publié le mercredi 11 avril, à la suite du blogue de Mme Blanc : Ce qui m’attriste, c’est que ça tombe sur une compagnie d’ici, qui avait jusqu’à maintenant une feuille de route quasi impeccable via son profil bas (peu de gens connaissaient vraiment Lassonde tout en consommant allègrement de leur produits.) Nous sommes à une époque où les gens ont envie d’en découdre, se cherchent des combats. C’est bien correct. Mails il faut aussi savoir s’arrêter et ne pas trop s’acharner. Boycotter Oasis, comme l’a recommandé Guy A. Lepage, suivi par des milliers d’autres? Les concurrents sont Pepsico et Coca-Cola. Si on sortait la feuille de route judiciaire de ces grosses corporations, juste pour voir? Pourtant, ce sont eux qui vont bénéficier de ce boycott, surtout pas les 700 familles que Lassonde emploie au Québec.

C’est exactement ce que j’ai dit plus haut et ce, sans avoir lu le commentaire de François S. avant : n’est-ce pas merveilleux?! 😉

* http://www.carrementplus.net/2012/04/10/la-gestion-de-crise-de-lassonde-sur-les-medias-sociaux/

** http://www.michelleblanc.com/tag/deborah-kudzman/

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ce que j’aurais fait de plus : Lassonde 2012 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s