Réalité augmentée : le positif et le négatif

 

En faisant les lectures de cette semaine, je suis restée surprise : j’avais déjà imaginé des situations de réalité augmentée dans le passé et ce, bien avant que la technologie des téléphones intelligents ne soit sur le marché. Rien de trop extravagant quand même, mais je m’en tape quand un peu les bretelles.

Vous êtes prêts à être ébloui par mon idée de génie? Vous êtes assis? Allons-y.

Imaginez-vous en voiture, vous vagabondez tranquillement sur l’autoroute, vous chantez à tue-tête votre chanson préférée… tout va bien. Vous prenez votre temps puisque vous n’êtes pas pressé. Un moment donné, vous décidez quand même de dépasser une grosse et longue caravane devant vous : vous n’êtes pas pressé, mais rouler 80 km à l’heure dans une zone de 90 km est un peu trop lent. Ainsi, pendant que vous êtes en train de faire ce dépassement, vous voyez arriver dans votre rétroviseur une autre voiture qui elle, roule à plus de 130 km à l’heure. Excusez l’expression : elle vous colle au cul. Pourtant, la voiture voit bien que vous êtes en train de dépasser la grosse caravane, donc que vous ne pouvez pas accélérer trop, de peur de vous faire prendre par la police pour excès de vitesse (vous roulez 100 km à l’heure pour dépasser la caravane, soit dit en passant).

Soudainement le chauffeur s’impatiente et vous colle encore plus au cul (scusez-la). Vous faites quoi? Parce que le chauffeur commence royalement à vous taper sur les nerfs. Vous vous en doutez, freiner ne vous avantage pas et accélérer non plus (n’oublions pas la possibilité de présence policière). Rien faire ne fait pas parti de la solution (question d’orgueil). C’est exactement à ce moment-là que ma solution de réalité augmentée à fait surface : et si j’étais capable, un jour, de parler directement à la personne qui est derrière moi pour lui dire, gentiment de surcroît, de décoller de mon derrière de voiture? Ça, ça serait le summum de la réalité augmentée : entrer le numéro de plaque d’une voiture qui est devant ou derrière nous pour parler directement au chauffeur par le biais d’une machine installée dans les voitures. Je jubile d’avance.

Un peu fou comme idée? Peut-être. Mais je ne serais pas surprise qu’elle existe pour vrai un jour. Et, même si je jubile, j’avoue que ça me fait peur un peu, cette réalité augmentée. Et si on devenait trop lâche pour se déplacer, maintenant que de plus en plus de choses nous sont accessibles, sans lever le petit doigt? Ça l’augmenterait encore plus le niveau d’obésité… surtout que la Génération C est plus à risque à ce phénomène.

Voici un exemple concret de ce que j’avance : pas plus tard qu’hier avait lieu l’Assemblée générale annuelle de ma caisse. Nous avons eu un souper et ensuite nous avons présenté, entre autres, les états financiers de la Caisse, le bilan de distinction coopérative, etc. J’ai utilisé un genre de concept de réalité augmentée pour la toute première fois dans l’histoire de la Caisse, puisque je publiais des statuts en direct de l’Assemblée, sur Facebook (pour les curieux : facebook.com/caissepopulairetrillium). J’ai eu bien du plaisir à le faire, mais en même temps je me disais : la technologie va tellement bien et surtout vite, qu’un jour je serai en mesure de voir, en version virtuelle (comme le phénomène de la panthère dans l’émission de Stéphane à Radio-Canada*), tous les gens qui suivaient l’Assemblée en ligne (et eux serait aussi en mesure de nous voir presque tous dans leur salon en plus).

Par contre, la réalité augmentée, je crois, aura sa place dans le monde des finances. Qu’il serait agréable de renouveler son prêt hypothécaire ou sa marge de crédit sans se déplacer, si par exemple il y a une tempête de neige ou un des enfants est malade et nous sommes coincés à la maison? Un petit click sur notre téléphone intelligent et nous apparaît une version virtuelle de notre conseiller en finances personnelles qui nous dit : Bonjour, comment puis-je vous aider?

* http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBAFH/LereveilNouvelleEcosseetTN201205100845.asx

Publicités

2 réflexions au sujet de « Réalité augmentée : le positif et le négatif »

  1. Ton idée est bonne, mais j’imagine aussi que ça n’aiderait pas les cas de rage au volant 😉 Si celui qui te colle au cul comprend le message tant mieux! Toujours est-il que sur la route, je trouve ça bien pratique quand mon GPS m’indique – en superposant des icônes sur le tracé – où sont les stations services et certains restaurant de « bouffe rapide ». J’aime aussi l’application 511 de Transports Québec qui met à jour l’état des routes, mais aussi (et la saison s’en vient!) l’état des travaux de construction. Tout ça est bien pratique quand on fait de la longue route (et ça évite les chicanes de couple quand « le gars » refuse de demander son chemin! )

  2. Chère Annie, loin de moi l’idée d’augmenter la rage au volant, vous vous en doutez bien 😉 ha ha ha

    Concernant le GPS, même chose de mon côté : je ne pourrais pas vivre sans. Surtout que maintenant je me sers de l’application qui se trouve sur mon iPhone.

    Je vais tenter de trouver une équivalence de l’application 511 en Ontario… Je trouve cela bien intéressant. Et, je vais même aller télécharger cette de Transports Québec. Je voyage très souvent sur la 20, la 40, la 50 et la 640 afin d’aller visiter ma famille au Québec. Ce sera bien pratique de savoir où est la contructions afin d’éviter de passer par là. Merci donc pour vos bons conseils 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s